Le rôle de l’EFT « Quelque Chose à Faire » sur le projet de rénovation de Philippe à Thuin. (2/2)

lundi 2 août 2010, par Eléonore

Share |

Alain de Moffart, chargé de projet éco-construction, conseil clientèle, appui deviseur et soutient à la direction parle du rôle de l’Entreprise de Formation par le Travail « Quelque Chose à Faire » lors du chantier de rénovation de la maison de Philippe à Thuin.

« Lorsque l’on est arrivé sur le chantier tout était mis à nu, c’était effrayant  ». On se demandait par où commencer, comment arriver à faire quelque chose de propre ? Il y avait tellement à faire.

Au départ, Philippe avait réalisé certains travaux en auto-rénovation avec son fils, il a d’abord fait appel à nous pour le percement d’un mur porteur et la réalisation d’un linteau en béton. On a commencé par ce linteau, puis on a fait autre chose puis encore autre chose, finalement le chantier a mobilisé une équipe pendant presque 9 mois.

Le client et le chef d’équipe se sont très bien entendus, Philippe était heureux d’avoir un interlocuteur unique et polyvalent. Normalement chez « Quelque Chose A faire » ASBL, on a des secteurs spécialisés qui s’occupent chacun de leur partie mais le chef d’équipe était là, il voyait ce qu’il y avait à faire et avait envie d’apprendre, de sortir des sentiers battus. Il prenait en charge les travaux mais il avait derrière lui tout le savoir-faire des différentes équipes et on se donnait la peine de réfléchir ensemble au problème pour qu’il puisse bénéficier du savoir-faire qui pouvait lui manquer sur telles ou telles choses. Sur ce chantier, notre chef d’équipe a réalisé et encadré beaucoup de choses auxquelles il n’était pas habitué comme par exemple la réalisation des murs extérieurs en Monomur. Des équipes spécialisées sont intervenues sur certains travaux plus spécifiques comme pour la réalisation de la couverture en zinc par exemple.

Pour ce chantier, on n’a pas eu de difficulté pour se fournir en matériaux écologiques. Il ne manque pas de marchands corrects aux alentours et nous avons nos filières. En gros, ça part de « gros distributeurs » comme Ecobâti ou de la Maison Ecologique en passant par des négociants locaux comme Ecomibat à Gozée…

Mon conseil à ceux qui souhaitent se lancer dans une rénovation écologique/durable :

La question de la coordination en éco-rénovation est capitale et il est certain que si on a affaire à des gens polyvalents ou qui peuvent compter sur d’autres compétences c’est plus facile de se coordonner. Il est nécessaire que les différents intervenants comprennent ce que font les autres pour mettre en place une collaboration productive notamment au niveau de l’étanchéité à l’air du bâtiment ».

Le témoignage de Philippe

Quelque Chose à Faire : Une entreprise engagée